Education musicale  

selon la "méthode" d'Egard WILLEMS,

et des pédagogies Rudolf STEINER, MARTENOT.

piano, clarinette, accordéon

 

AVANT !...le solfège : le pré-solfège

AVANT !...  le pré-solfège : l’EVEIL...

 

Pour débuter l’étude d’un instrument futur avec plaisir et facilité, il est préférable d’éveiller sous forme de jeu les contenus rythmiques, et sonores.

 

Tout d'abord dans le corps de l’enfant

 Susciter son expression individuelle sur des bases rythmiques simples, puis de plus en plus compliquées selon les acquisitions jsuqu'à éveiller le sens du rythme,

A ce stade nous sollicitons donc sa motricité et par là même favorisons son incarnation dans

son déplacement dans l’espace, et la conscience de sa droite et de sa gauche dans tous ses membres.

 

Parallèlement il s'agit d'éduquer le sens de l’écoute,

l’expression du geste

la voix par le chant, 

et toucher tout ce qui fait appel à un sentiment, une émotion et faire vivre dans cette étape les  différents intervalles dont chaque écart caractérise traduit des émotions différentes.

Nous entrons à ce stade dans le monde de l'âme de l'enfant.

 

Par l'exemple et la reproduction, l'enfant acquièrt un acquis.

L'improvisation si souvent sollicitée chez les enfants, que je vois chez beaucoup de pédagogues non artistes, ne vient pas de rien !

L'art ne descend du ciel que si l'homme s'y achemine ! 

 Favoriser donc, le plus possible l'expression de ce qui le touche de près ou de loin dans une manifestation musicale est la pédagogie qui mène vers l'improvisation.

Source de créativité, de liberté intérieure en son esprit

 

 

LA MUSIQUE TRAVERSE 

LE CORPS TOUT ENTIER.

 

  • A l’instrument : Au commencement, agir à la fois sur la reproduction auditive et visuelle et, muni de quelques éléments rythmiques créer de petites mélodies sur quelques notes dans une atmosphère de quinte. Nous regorgeons de mélodies éternelles très simples dans nos chants traditionnels .
  •  
  •  
  • Puis déchiffrer,- lorsque la lecture est passée auparavant par le jeu de techniques visuelles -, des oeuvres existantes. Il va de soi que l'étude proprement intellectuelle de la musique concernent tous ceux qui, à des degrés divers et à des âges ciblés en sont capables, mais ce n'est pas l'unique repère de la musicalité chez l'enfant.
  •  
  • Le plus important c'est que chacun puisse en lui-même se sentir un (ou une) avec la musique. Donner librement sa voix, son rythme, ou sa mélodie instrumentale et ce, sans jugement. 
  • J'ai vu trop d'enfants, par suite du : " Toi, tu chantes faux...", rester bloqué non seulement au niveau du chant, mais de son être d'initiative.
  •  
  • Solliciter chez l’élève quelque soit l’âge la création mélodique et rythmique en lui donnant les bases harmoniques de l’accompagnement dans ces cadences pour le guider dans la construction de ses improvisations.


 

Séance individuelle  avec travail corporel et vocal  -      tarif à l'unité ou en paks  -